Afin de développer son avance technologique, l'industrie éolienne européenne concentre ses efforts sur l'exploitation du potentiel éolien en mer (Offshore). Bien que non-applicable à certains pays de l'Union, cette solution présente l'avantage de surmonter les obstacles limitant de déploiement à grande échelle de cette énergie en Europe continentale. Étant donné que cette filière reste liée à des tarifs de rachats d'électricité verte, l’option plus coûteuse d'exploiter le potentiel éolien en mer tend à justifier le maintien de subventions.

Tour d'aerogenerateur E-112 de 180 tonnes (Enercon)La tendance actuelle dans la conception d’aérogénérateurs vise l’augmentation de leur taille dans la limite du possible. Puisque la puissance d’un aérogénérateur quadruple en doublant le diamètre du rotor, leurs nombres peuvent être réduits ce qui permet de limiter le coût de leurs fondations en mer. En raison d’un accès difficile couplé à des environnements marin plus corrosifs, leurs opérations de maintenance sont également optimisées.

Bien que la maitrise industrielle européenne dans la fabrication d'aérogénérateurs de grandes puissances s'améliore, le développement à l’international de l'éolien off-shore reste difficile.

Majoritaires il y a quelques années, moins d'un tiers des 486 GW de capacités éoliennes mondiales sont opérationnelles sur le continent européen (GWEC,WWEA).

Avec près de 11 GW de capacité globale, l'éolien off-shore ne représente actuellement qu'une fraction du marché éolien mondial. Dans ce contexte, la mise en valeur intégrée du gisement éolien des côtes sahariennes pourrait fournir des perspectives de développement complémentaires. Ayant subit une conjoncture particulièrement difficile avec la crise financière, les marchés éoliens européens ont été confrontés aux contraintes de gestion du réseau électrique liées à l'intermittence de l'énergie éolienne.

A la saturation des plus grands marchés éoliens européens Allemands et Espagnols, se sont substitués ceux des Etats-Unis (82 GW) et de la Chine (168 GW). Ainsi, depuis 2010 la Chine est devenu un leader incontesté en installant près de 50% du marché éolien mondial. En 2015, la Chine a dépassée l'Union européenne en capacité éolienne installée.

L’expansion de la filière éolienne amorcée en Europe (Danemark, Allemagne, Espagne), et plus récemment en Chine met en évidence l’impact industriel du transfert technologique. Opéré il y plus d’une décennie à partir du Danemark vers l’Espagne celui-ci a été accompagné d’une baisse significative des coûts de fabrications. Cette délocalisation industrielle profite actuellement à la Chine qui s'investit massivement dans le secteur.  En Afrique du nord, le prix du kWh éolien produit à partir d'aérogénérateurs spécifiques, confectionnés et montés sur place ouvre de prometteuses perspectives.

Une croissance économique durable est réalisable à partir d'industries éoliennes intégrées à grande échelle. A ce titre, la rentabilité financière des programmes de renforcements de capacités industrielles en cours servent de gage à la stabilité économique et sociale de la région. C'est dans ce contexte particulièrement tumultueux que la sécurité énergétique des pays d'Afrique du Nord et d'Europe devrait se consolider de manière durable et complémentaire.

Étant donné que les aérogénérateurs représentent près de 80% de l'investissement du projet Sahara Wind (la ligne HVDC couvrant le reste), le recours à leur fabrication locale est fondamental. En appuyant le développement d'une filière industrielle intégrée, maintenance et coûts de productions sont optimisés.

De par sa taille justifiant un transfert d'industries, le projet Sahara Wind peut servir de modèle d'intégration industrielle pour les pays émergents. Alors que plusieurs projets similaires sont en construction dans les provinces de Mongolie intérieure de Chine, de nouveaux y sont encore envisagés. Ceux-ci permettent la fabrication locale de composants adaptés à leurs environnements respectifs. Ces modèles d’intégrations ouvrent le débat critique sur un traitement global plus inclusif des besoins en électricité des pays en développement.

e-max.it: your social media marketing partner
FaLang translation system by Faboba